insdigbord-alimentation-saine

Alimentation : la première médecine

Nous pensons forcément que se soigner passer par des médicaments, mais ne peut-on pas réaliser de la prévention et être en meilleure santé grâce à une alimentation diversifiée. Recettes Actus vous propose de voir en détails l’impact de l’alimentation sur notre corps, notre santé.

Il n’y a pas que la planète qui est malade et que nous devons respecter. Notre propre corps a besoin évidemment  d’un environnement non pollué, ce qui signifie au minimun une alimentation saine, un air non pollué,  une activité physique oiet intellectuelle adaptée à nos capacités.

Les médicaments sont utiles  quand on est sérieusement malade, mais ils sont en train de s’insinuer dans les esprits des biens-portants pour la prévention (exemple : la vitamine C).

Pourquoi prenons-nous de plus en plus de médicaments ?

Nous prenons tous des médicaments nécessaires ou non, je vous fait un paragraphe sur les médicaments : croissance du marché, dépenses…

L’industrie agro-alimentaire ne jure que par la santé pour assurer sa croissance. Quand le marché de l’alimentaire progresse de 1 à 2% par an, celui de la nutrition bondit de 8%.

Ainsi, chaque français dépense des sommes folles  en médicaments souvent inutiles, soit 284€/ habitant, nos voisins dépensent beaucoup moins que nous :

  • 244€ pour les allemands
  • 202€ pour les italiens et anglais
  • 193€ pour les espagnols

En restaurant nos immunités naturelles par une alimentation saine, ceci donnerait les moyens à nos organismes de se battre contre le mal, de supporter les traitements souvent lourds et encore nécessaires.  Cela est vrai aussi  dans les suites des traitements subis pour guérir des maladies plus bénignes.

La relation entre nutrition et maladies des civilisations

La déclaration du millénaire des Nations unies en septembre 2000  reconnaissait que la croissance économique est limitée si la population n’est pas en bonne santé. En particulier : « Les programmes destinés à promouvoir une alimentation saine et l’exercice physique devraient donc être considérés comme indispensables pour le développement et bénéficier d’un soutien tant politique que financier dans les plans nationaux de  développement (57eme assemblée de l’OMS).

Ce blog de cuisine Recettes Actus vous partage des recettes sucrées et salées à faire soit même. L’objectif est de manger varié et de s’assurer de ce que l’on retrouve dans nos assiettes. Pourquoi acheter un plat préparé qui me prendra que 10 min de préparation ? L’enjeu est là, manger sainement « avoir un corps sain dans un esprit sain », cette phrase connue de tous,  et est pleine de sens. Comment lutter contre l’obésité des enfants ? Et surtout quels en sont les risques ?

Comment l’obésite augmente les risques de Santé ?

Notre environnement est devenu « obésogène ». L’obésité va devenir une grande cause nationale et même mondiale du fait de  la consommation trop importante de sucres (boissons, glaces, laitages, pop-corn…) et de graisses (viandes rouges et laitages) et de l’insuffisante activité physique. Près de 35% de la population des plus de 15 ans est obèse aux USA et 20% en Europe.

L’obésité est considérée comme la première épidémie non infectieuse de l’histoire. Selon l’OMS, chaque année plus de 320 000 personnes meurent prématurément des suites de l’obésité et diabète de type 2 (plus de 90% des diabètes) est scientifiquement établi. Sont en cause la sédentarité croissance et la surabondance de l’offre alimentaire.

Ici nous mettons en avant l’obésité des jeunes et non la volonté de chacun d’avoir « son corps de rêve ». Tout le monde se trouve des défauts, mais il y a une différence entre vouloir manger plus sainement avec une activité pour tonifier des zones du corps, à devoir faire attention à son poids car celui peut être nuisible à notre santé. Donc si vous souhaitez entreprendre un régime, il ne s’agit pas d’arrêter de manger et d’avoir un régime strict sans plaisir. Manger doit rester un plaisir, et cela passe par une cuisine avec moins de matière grasse, plus de légumes et des quantités raisonnables.

La publicité intoxiques dès le plus jeune âge

Une étude  démontre l’impact des publicités sur les très jeunes enfants :  » Les petits Américains de 3 à 5 ans trouvent la nourriture meilleure quand à elle leur est présentée avec le logo de la chaîne de restauration rapide Mc Donalds ».

En France, même si l’enseigne s’est officiellement engagée dans un programme d’équilibre nutritionnel, les carottes sont trempés dans du sucre… et le clown Ronald continue d’attirer les enfants pour les faire consommer. Dans le cadre du second programme nutritionnel, le ministre de la santé veut faire diminuer de 20% la prévalence du surpoids en  augmentant la consommation de fruits et légumes, la consommation de calcium, pallier les déficiences en vitamine D, réduire les cholestérolémies moyennes de 5% et endiguer la contribution moyenne des apports de lipides totaux.

En défendant les familles et les enfants, nous avons pu obtenir la suppression des distributeurs de barres chocolatées dans les écoles. Mais il reste beaucoup à faire : 15% des enfants sont obèses en France et 11,3% des adultes.

Le régime alimentaire de nos enfants vient du nôtre, donc pour la santé des enfants il faut que nous aussi faisions attention à notre alimentation : légumes frais, éviter les viennoiseries industrielles, manger de la viande et du poisson… En résumé, il faut manger de tout en proportion raisonnable. C’est l’une des motivations de Recettes Actus, vous amener à cuisiner de tout.

Vigilances sur les sucres qui se stockent en gras et aux faux sucres

Les sucres en excès, alcool y compris, et le gras en excès se stockent en gras dans les tissus de réserve. Ainsi, les réserves se font à deux niveaux :

  • chez la femme : au niveau des glandes mammaires et des hanches
  • chez l’homme : au niveau du bassin et du ventre

Pour les sucres, même la marque Coca Cola reconnaît être responsable de nombreux cas d’obésité chez les jeunes. Mais elle innove avec une stratégie marketing efficace : le Coca Cola Zero  ou le Coca Cola life. Grâce à ses innovation le contenu calorique moyen aurait diminué de 9,4% en France pour l’ensemble des boissons gazeuses de la firme. De plus, un engagement a été convenu pour ne pas diffuser de publicités pour les moins de 12 ans. Toutefois vous retrouverez du faux sucres dans de nombreuses boissons « light ».

Je souhaite insister sur ce paragraphe sur les nouvelles boissons marketing, ce n’est pas parce qu’il n’y « pas de sucre » que l’on doit en boire tout le temps. Notre corps est constitué essentiellement d’eau, donc buvons davantage d’eau et gardons les boissons gazeuses pour des occasions particulières.

Quelles sont les solutions pour améliorer notre alimentation et donc notre santé ?

Les fausses solutions

  • La semaine du goût :

Elle est destinée à mieux faire manger nos enfants et a été inventée par l’industrie sucrière. Elle existe depuis 30 ans, créée par le Cedus pour défendre la filière du sucre, au moment où elle était concurrencée par les édulcorants.

Elle est parrainée par le ministre de l’Agriculture, cela alors que l’obésité touche près de 20% des enfants et devient un fléau social.

  • Les « calories vides »

Depuis une vingtaine d’année, on constate une forte consommation des faux sucres, également appelés « calories vides », c’est-à-dire dépourvu de nutriment d’intérêt.

Aujourd’hui le produit le plus utilisé comme faux sucre est l’aspartame ou classique « sucrette ». Elle est utilisée par des millions de femmes dans le monde en surpoids ou en prédiabétiques, et est présente dans + de 5000 produits.

Malgré ces calories vides, toutes ces boissons sucréessont à éviter du fait de leurs faux sucres, qui n’apportent rien de bon pour la santé. Il faut en rester au jus de fruits frais, préparés sur place. Néanmoins, soyez vigilent aux jus de fruits en bouteille ou pack, qui disent contenir tout le fruit.

Les bons conseils alimentaires

Nous y voilà, Recettes Actus vous a peut-être fait peur avec tous ces avertissements mais il est important d’en prendre conscience. Ce n’est pas quand on est en surpoids qu’il faut se resaisir, c’est dès le départ avec une bonne hygiène de vie. Ainsi, pour terminer sur une note positive, je vous donne quelques indications importantes à savoir quand on veut changer d’alimentation.

  • Changez vos habitudes alimentaires : un trimestre au moins

Pour prévenir, on connaît parfaitement les solutions en plus d’une forte activité sportive pour brûler les sucres, les alcools et les graisses consommées en excès => choisir des aliments moins caloriques.

Il faut donc supprimer ou diminuer de son alimentation courante au plus vite les aliments suivants :

    • aliments contenant des sucres à index glycémique élevé : on en retrouve séries ou dans les sucres raffinés, pains blancs, pizzas, pâtes et toutes les pâtisseries et viennoiseries ou coupe-faim. On les remplacera par des fruits frais et de saison, accompagnés de fruits secs en petites quantités.
    • Les boissons sucrées avec vrais ou faux sucres (light), les alcools forts ou grandes quantités de vins et bières.
    • Les aliments gras présents surtout dans les viandes et charcuterie, accompagnés de sauce.
    • Les laitages sous forme de yaourts, crèmes glacées ou non, fromages, boissons lactées… Pas plus d’un laitage par jour (adulte).

Cet article vous donne quelques alertes sur notre société de consommation. Mais il faut garder à l’esprit que manger sainement rime avec : goût, plaisir, saveur… Nul besoin de beaucoup de sucre, graisse….

Le prochain article sera sur l’une des dernières recommandations : 1 laitage par jour. En effet, la publicité et idées reçues nous fait devenir lactoolisme.

insdigbord

Mieux lire les étiquettes

Je tiens à vous aider non seulement à cuisiner, mais également à prendre soin de vous. Comment ? Tout simplement en étant vigilant aux produits que vous achetez.

Cuisiner passe tout d’abord par le choix de ses aliments. L’idéal quand on veut cuisiner sainement, serait de disposer de fruits et légumes frais et BIO, mais nous n’avons pas toujours le budget pour correspondre à ses critères. Alors, nous faisons du mieux que l’on peut en sélectionnant rigoureusement ses légumes/fruits dans les supermarchés.

Ainsi pour vous aider dans la sélection de légumes, fruits et autres produits pour réaliser les recettes de cuisine et pâtisserie, je vais vous donner des indications pour bien lire les étiquettes.

Changement des habitudes

D’années en années, le temps moyen pris par les français pour cuisiner ne cesse de diminuer. Ce manque de temps nous a amené à consommer différemment. La restauration hors foyers représente en France 5.6 milliards €/an dont 2.5 pour la restauration rapide et 3.1 milliards pour la restaurations collective.

Nous sommes donc davantage intéressés par  la quantité que la qualité. Cette consommation se reflète aussi par l’achat important  d’aliment semi-préparés ou plats tout préparé.

Surveiller la qualité des produits achetés

Je vous conseille donc de porter une attention particulière à la qualité intrinsèque  de ce vous consommer. Pour bien lire les étiquettes et autres emballages sur lequel est écrit (certes en tout petit) l’ensemble des ingrédients des produits que vous souhaitez achetés.

Soyez rassuré, l’étiquetage est régi par des lois européennes et nationales.

Déchiffrer les étiquettes

  • Les E : cette lettre est affiché quand il y a méfiance. Exemple : les agents anti-moussant dans les jus de fruits, les conserves de fruits et légumes. Leur présence peut être source d’allergie ou phénomène inflammatoires.
  • Additifs alimentaires : ils sont considérées selon la direction européenne comme des substances non consommées comme aliments en soi.
  • Additifs cachés : ils sont ajoutés aux préparations industrielles et ils sont rarement signalés aux consommateurs ou sous forme obscure.
  • Auxiliaires de fabrication : ils ne sont jamais signalés, il s’agit d’une vaseline/huiles siliconées pour éviter les adhérences aux parois des moules.
  • Aliments irradiés ou ionisés : ils sont souvent utilisés comme matière première dans les préparations. Le plus souvent, ils sont mélangés à des produits laitiers. Le mot irradié fait peur et c’est pourquoi il n’est pas mentionné. Il s’agit de rayon X, ultraviolet ou Gamma (non nous ne sommes pas dans un épisode fantastique).

Détails des conservateurs

Ils existent plusieurs façon de conserver ses aliments. Voici la liste des principaux conservateurs et vous les détaillera un à un.

  • Le sel ou salaison :

Le sel peut être extrait de la terre ou de la mer (sel marin), qui s’il n’est pas raffiné, est riche en minéraux (potassium, calcium, magnésium et oligo-éléments). Plus il est concentré, plus la conservation peut être longue. En solution dans l’eau, il forme une saumure. Le séchage avec ajout de sel renforce la conservation.

  • Les sucres :

Appelé hydrate de carbone ou glucides ajoutés, ils servent à conserver confitures et fruits confits. Le premier sucre fut le miel, puis le sucre de canne, puis le saccharose de la betterave sucrière et actuellement surtout le glucose obtenu par hydrolyse de l’amidon de maïs.

Attention, la mention sans sucre ajouté ne signifie pas que l’aliment ne contient pas de glucides.

  •  Les conserves

C’est l’appertisation qui fait subir à l’aliment une température supérieure à 100°C de durée variable. Grâce à cela, la conversation peut durer plus d’une année.  Dans les conserves, on peut retrouver différents additifs : du glucose pour augmenter la viscosité,  le sulfite de soude (E221) dans les légumes (exemple : asperges, petits pois….). On aboutit à une perte de 35 à 40% des vitamines et sels minéraux.

Remarque : si le couvercle est bombé ou qu’un jet de gaz est présent à l’ouverture, il faut jeter le produit car la fermentation est anormale.

  •  La congélation

Elle modifie quelque peu la teneur des aliments en bons nutriments.Malgré cela, la congélation reste un bon mode de conservation.

  •  Allergies : les produits signalés obligatoirement

Les industriels se doivent d’indiquer la présence de ces aliments dans les produits à consommer :le gluten des céréales

    • les crustacés et produits qui en contiennent
    • les produits à base d’oeufs
    • les poissons et produits à base de poisson
    • les arachides et produits qui en contiennent
    • le soja et les produits à base de soja
    • les laits et  produits laitiers animaux, y compris le lactose
    • les noix et produits à base de noix
    • le céléri et les produits à base de céléri
    • la moutarde et les produits à base de moutarde
    • les graines de sésame et les produits à base de sésame
    • les sulfites : il s’agit de dioxyde de soufre est obligatoirement présent dans le vin. L’ANSES affirme que 3% des adultes en France dépassent la dose journalière admissible.

Insdigbord va vous aider au fil d’articles pour améliorer sa manière de manger, sa façon de sélectionner ses produits. Car il s’agit des produits que l’on consomme aujourd’hui qui vont impacter notre santé, notre environnement de demain. Ceci commence déjà par le choix des produits de tous les jours : légumes, fruits, conserves.. mais aussi en changeant certaines habitudes, manger des produits de saison, éviter les plats préparés etc…

Avec cet article d’insdigbord, vous êtes déjà plus averti sur la lecture d’une étiquette et vous permettre de mieux choisir vos produits pour réaliser vos recettes de cuisine.